Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/10/2011

SARKOZY-MERKEL OU LA MISE EN ESCLAVAGE DE LA FRANCE

Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©
Du 21 au 23 octobre 2011: Une chose est sûre, Nicolas Sarkozy est prêt à endetter les Européens à 77% juste pour sauver l'Union Européenne. Tout le système financier peut basculer en une fraction de seconde dans les jours qui viennent. Ce que Nicolas Sarkozy veut faire, c'est limiter la perte sur la Grèce à 20% alors qu'Angela Merkel veut 50%.

Ennui, 50% de pertes sur la Grèce veut dire la faillite de facto de la Société Générale, de la BNP et du Crédit Agricole. Vous comprenez pourquoi Nicolas Sarkozy ne veut pas en entendre parler. Mieux.. veut mettre les Européens en esclavage d'un système financier en faillite depuis 2008 et le Traité de Lisbonne que se rendre à l'évidence.

Vous assistez à l'Histoire. Ah: en Grèce les députés corrompus ont voté une loi "gelant les conventions collectives". Cela vous donne une bonne idée de ce qui nous attend. Clairement, les politiques sont devenus fous, qu'ils soient de droite ou de gauche. François Fillon a déclaré hier qu'il faut "une gouvernance économique européenne", ce qui veut dire que quelqu'un d'autre aura les clés du porte-monnaie de la France.

Le PS et l'UMP sont prêts à vendre la France pour sauver leur misérable petit fauteuil sans même tenir compte des conséquences à court et moyen terme. L'Europe est au bord de l'explosion tout comme son économie. Les banques centrales ont beau remonter la bourse au crick, la situation est définitivement perdue.

Nicolas Sarkozy a trahi les Français en faisant passer le traité de Maastricht Lisbonne alors que le peuple avait dit non. Maintenant, il est prêt à endetter la population jusqu'à la gorge et cela uniquement pour sauver les banques de leurs escroqueries monumentales. Voilà la véritable situation résumée en juste quelques lignes.

17/10/2011

Article 50 pour sortir de l'Union européenne

Personne n'explique au français qu'il est possible de sortir de l'Union européenne, sereinement, unilatéralement grâce à l'article 50 du Traité de Lisbonne.




François Asselineau : "Comment sortir de l'Union... par UPR-TV



Une conférence plus longue 10 raisons pour sortir de l'europe:





TOUTES LES VIDEOS DE L'UPR

11/08/2010

Le Traité de Lisbonne, le traité de trop...

traité de lisbonne.jpg


Souvenez-vous!
Le traité de Lisbonne est l'un des noms du traité destiné à remplacer le traité établissant une constitution pour l'Europe (TCE souvent appelé constitution européenne dont Valéry Giscard d'Estaing en a été l'auteur). Son véritable nom est "Traité modificatif". Il a été signé le 13 décembre à Lisbonne d'où son nom.

Pour faire simple et c'est toujours difficile dans les productions européennes, ce traité concède d'une part de nouveaux pouvoirs aux institutions européennes dont leur champs d'intervention était déjà grand. Même si les politiques publiques européennes ne fonctionnaient pas de façon optimale, paradoxalement, le traité leur confère plus de compétences... Chercher l'erreur.

Ce traité tente également de corriger un problème existentiel de la construction européenne : doter l'Europe d'une dimension politique. Hélas, ce n'est pas en nommant un président du conseil européen, soit un Président de l'Union européenne que les choses vont se régler. En l'espèce c'est le contraire. Comme dans tout démocratie qui se respecte, les plus puissants responsables politiques sont élus par le peuple. Partout, sauf en Europe. Aujourd'hui, on se retrouve en effet, avec un président (Monsieur Herman Van Rompuy)non élu au suffrage universel, à la tête d'un empire peuplé de plus de 500 millions d'habitants. Un comble!

Le traité a voulu bien faire également en nommant aussi un chef de la diplomatie et des relations extérieures. Mais au-delà du coût exorbitant des frais de fonctionnement d'un service comptant près de 6 000 personnes, une querelle de chefs apparaît au sommet de la pyramide européenne.

Le président de la Commission, la responsable du services des affaires extérieures, le Président du Conseil européen et le Président tournant de l'Union européenne se marchent forcément dessus ; chacun souhaitant exister sur la scène européenne et mondiale. Une belle cacophonie par ailleurs pour les pays étrangers. Le traité de Lisbonne devait faciliter et simplifier les échanges et les relations, nous voilà servis !

Mais le plus incompréhensible est la manière dont ce traité a été approuvé par les pays membres de l'Union européenne. Alors que plusieurs pays comme les Pays Bas, l'Irlande et la France avait rejeté par référendum le projet de constitution pour l'Europe, les gouvernants sont passés outre et ont forcé le destin. Ils ont ratifié par la voie parlementaire le traité et violé ainsi la démocratie.

Leçon n° 12 : Jamais une démocratie n'a fait jusqu'ici la guerre à une démocratie (Jacques Attali).


Site de l'UPR