Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/11/2011

Daniel Cohn Bendit lance le programme European Young Leader

URGENT METTEZ FIN A LA DICTATURE ADHEREZ A L'UPR

Young leaders, Young leaders, ça ne vous rappelle rien ?

Mais si, bien sûr! C'est le programme phare de la French American Foundation (FAF), piloté en sous-main par les services de renseignement américains pour recruter des "élites" françaises "amies" de Washington. Parmi les Young Leaders de la FAF figurent notamment Alain Juppé, François Hollande, Pierre Moscovici, Valérie Pécresse, Arnaud Montebourg, Christine Ockrent, Nathalie Kosciusko-Morizet, Erick Raoult, Nicolas Dupont-Aignan (qui a demandé qu'on retire son nom de la liste), Guy Sorman, Laurent Wauquiez, etc.

Eh bien, le concept plaît tellement aux Américains que Daniel Cohn-Bendit pilote aujourd'hui le lancement d'un programme "European Young Leaders" : http://40under40.eu/accueil.html

Les deux maîtres-d'œuvre en sont les "think tank" Europanova et Friends of Europe.

Comme le précise Wikipédia, il s'agit d'accompagner "la mise en œuvre des nouvelles institutions du traité de Lisbonne et la nécessité interne de l’Union européenne d’accélérer la formation de leaders d’opinion véritablement porteurs d’une identité collective européenne au sein même de l’Union européenne".

Les jeunes sélectionnés "devront refléter une grande diversité professionnelle et pourront aussi bien venir du monde politique, médiatique ou syndicat que de l’entreprise, du monde associatif, artistique ou de la recherche".

L'objectif est de "promouvoir une identité européenne collective en générant parmi les futurs leaders d’opinion des États membres le désir de devenir des promoteurs de valeurs, donner priorité à la dimension européenne dans leur domaine professionnel respectif aussi bien dans leur pays, que plus largement au sein de l’Union européenne et au-delà".

[source Wikipedia]

------------------------------------------------------------------------

MAIS QUI PAYE DONC CES "EUROPEAN YOUNG LEADERS" ?

------------------------------------------------------------------------

1) LE "THINK TANK" EUROPANOVA


A part les fonds versés par les institutions de l'UE (Commission européenne, Parlement européen, etc.) il est difficile de trouver les autres sources de financement précises de Europanova.

Si nos lecteurs les découvrent, elles seront les bienvenues. NOUS ECRIRE



-----------------



2) LE "THINK TANK" FRIENDS OF EUROPE

En revanche, on en sait un peu plus (pas beaucoup plus) sur les sources de financement de l'autre "think tank" fondateur de ce programme Young Leaders.

Selon wikipédia et le site officiel, Friends of Europe bénéficie chaque année :

- de 428.940 € (24% des ressources) d'institutions "européennes et internationales" telles que l'UE, l'OCDE, mais aussi le FMI et la Banque Mondiale situés à Washington,

- de 952.840 € (56,7% des ressources) "d'entreprises privées". Quelles entreprises privées ? Ce n'est pas précisé....

Les lecteurs intéressés pourront par ailleurs découvrir qui dirige Friends of Europe en consultant WIKIPEDIA. Ils verront que ce sont, comme d'habitude, les mêmes personnalités euro-atlantistes :

- Pat Cox, ancien Président du Parlement européen et actuel Président du "Mouvement Européen" - mouvement dont on sait de façon sûre qu'il a continuellement été financé par la CIA (cf. article d'Ambrose Evans Pritchard du 19 septembre 2000 dans les Daily Telegraph);

- Jean-Luc Dehaene, ancien Premier ministre belge et ancien vice-président de la Convention pour l'Avenir de l'Europe ;

- Pascal Lamy, Directeur Général de l'OMC;

- etc.



-----------------



3) GENERAL ELECTRIC ET GEORGE SOROS

Par ailleurs, le Programme "EUROPEAN YOUNG LEADERS" bénéficie des largesses financières d'autres aimables bailleurs de fonds, au premier rang desquels
[Source]:

- l'entreprise américaine General Electric,

- le "think tank" European Council on Foreign Relations (ECFR), qui est "principalement financé par la Fondation George Soros" [Wikipedia]

-----------------

CONCLUSION

-----------------




1)- Ce programme "EUROPEAN YOUNG LEADERS" n'a rien d'authentiquement européen et ne correspond en rien à une demande émanant des peuples d'Europe. Ce n'est qu'une énième structure de formatage idéologique et de sélection des futures "élites européennes". Une sélection des futurs collabos du système, qui seront promus dans les grands médias afin de bâtir l'empire-euro-atlantiste prévu par les théoriciens américains du "Choc des Civilisations".

2)- Ceci explique que les fonds d'origine américaine (sous couvert d'entreprises privées ou non) constituent une part probablement très importante des financements. Pourtant, s'il ne s'agissait que de faire naître un sentiment d'appartenance européenne, les Américains devraient en bonne logique être totalement absents du processus. Je renvoie ici à ma conférence sur "QUI GOUVERNE LA FRANCE ET L'EUROPE?".


François ASSELINEAU : Qui gouverne reellement la... par geny0607

3)- Enfin, le rôle de M. Cohn-Bendit dans cette petite vidéo nous rappelle que l'ancien "leader de Mai 68" a toujours servi les mêmes intérêts depuis 43 ans. Rappelons que "Dany le Rouge" [sic] est, parmi bien d'autres choses, l'ancien vice-président du Mouvement Européen France, mouvement dont j'ai déjà rappelé qu'il a été constamment financé par les services secrets américains. La preuve en a été apportée par les documents déclassifiés de l'administration américaine à l'été 2000.



François ASSELINEAU

16/10/2011

Nicolas Dupont-Aignan (DLR) ne veut pas vraiment sortir de l'Europe

Député de la 8e circonscription de l’Essonne parce qu’il a appelé à voter «à titre personnel» pour Nicolas Sarkozy au 2ème tour de l’élection présidentielle de juin 2007, Il a accepté ensuite les faveurs de M. Sarkozy, faisant suite à un «donnant-donnant» négocié avec M. Hortefeux ou l’UMP a accepté de ne présenter aucun candidat contre M. Dupont-Aignan dans la 8e circonscription de l’Essonne.

M. Dupont-Aignan a noué une alliance en 2010 avec le CNI, parti ultra-droitier, européiste et ultra-anti-gaulliste, pour les élections régionales. Sa campagne électorale ultra-droitière a consisté notamment à réclamer l’installation de plus de caméras de surveillance et de policiers, à dénoncer les Socialistes et les Verts de l’Île de France, à exiger la fin du harcèlement contre « les automobilistes ». C’est parfaitement son droit de mener ce type de campagne populiste ; mais seuls des candides ou des militants aveuglés par leur passion peuvent croire que c’est avec de pareilles positions que M. Dupont-Aignan pourrait rassembler à gauche.

M. Dupont-Aignan se prononce toujours pour l’Europe en 2011. Il refuse absolument d’en sortir. Et il refuse bien entendu d’expliquer que ce sont les USA qui sont les inventeurs et les promoteurs de cette opération. Les analyses géopolitiques de M. Dupont-Aignan sont donc égales à zéro. Il entretient le mythe, imposé par Washington, qui veut faire croire que l’Europe serait une formidable invention française.

M. Dupont-Aignan ne bénéficie d’une ouverture médiatique que pour 2 raisons : d’une part parce qu’il plagie les idées de François Asselineau et de l’UPR, d’autre part parce qu’il les dénature, en les ridiculisant par son incompétence, et en les décrédibilisant par des solutions idiotes, illégales ou impraticables, qui n’ont absolument rien à voir avec celles de l’UPR.

ADHERER A L'UPR