Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/10/2011

Après le « CASSE-TOI PAUVRE CON ! » de M. Sarkozy, voici le « DÉGAGE ! » de M. Mélenchon

Mélenchon, dégage, casse toit, vulgarité



Plusieurs grands médias (dont le journal 20 Minutes) ont rapporté, le 26 septembre 2011, l'algarade publique et la manière brutale avec laquelle M. Mélenchon a traité un militant communiste, lors de la dernière Fête de l'Humanité.

Le patron du Front de Gauche a vivement rabroué le militant en lui lançant un méprisant « Dégage ! », parce que ce dernier s'étonnait de la présence de plusieurs candidats du PS à la primaire socialiste à cette Fête de l'Humanité.

[Source : http://www.20minutes.fr/politique/793942-quand-jean-luc-melenchon-demande-militant-communiste-degager]
Ce « Dégage ! » - qui ressemble dans la forme et dans l'esprit au fameux « Casse-toi Pauvre con ! » de M. Sarkozy -, en dit long sur la personnalité de M. Mélenchon et sur les pensées profondes qui l'animent.

Cette péripétie m'amène à rappeler que le patron du Front de Gauche n'a pas seulement un comportement brutal dans la forme ; c'est aussi un des principaux leurres du Système dans le fond. Il joue le même rôle à gauche que celui que joue le FN à droite.

FRONT NATIONAL ET FRONT DE GAUCHE : MÊME COMBAT POUR EMPÊCHER LES FRANÇAIS DE SE RASSEMBLER SUR L'ESSENTIEL

Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conforter l'idée que le clivage essentiel de la politique française serait encore le clivage droite-gauche et non pas le clivage Européisme / Souveraineté nationale.

Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conduire 10 à 15% des électeurs dans une impasse, mais à gauche.

Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour critiquer sans arrêt la construction européenne, mais à gauche.

Comme le FN, le Front de Gauche ne fait que critiquer les conséquences de la construction européenne, sans jamais expliquer aux Français les causes et les origines.

Comme le FN, le Front de Gauche ne parle ainsi jamais :


Le suite >>