Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/10/2011

Europe: On veut continuer de vous vendre le désastre et la dictature

L'EUROPE? C'EST LE CHÔMAGE, L'EFFONDREMENT ÉCONOMIQUE, LA HAINE, LE RACKET ET LA DICTATURE. QUEL BILAN APRÈS 54 ANS!!

Il est hallucinant de constater que des centaines de millions de personnes vont être spoliées par une poignée de dirigeants, qui n'ont reçu strictement aucun mandat démocratique dans ce but.

Bien au contraire ! Non seulement les Français ont refusé la Constitution européenne à 55%, mais le principe même du Fond Économique de Stabilité Financière viole l'article 125 du Traité de Fonctionnement Union Européenne.

Désormais, sans qu'on sache d'où ni comment, le Fond de Européen de Stabilité Financière (FESF) devient le Mécanisme de Européen de Stabilité (MES). En regardant la vidéo, vous constaterez que ce Mécanisme n'est pas public, n'a pas de compte à rendre, peut attaquer mais ne peut pas être attaqué, peut pomper aux états autant qu'il veut, sans se justifier.



MES : le nouveau dictateur européen par Bonzou

Rejoignez l'UPR

24/10/2011

Philippe Seguin l'Europe se fait sans les peuples en catimini

Philippe Séguin fut l’une des plus fortes personnalités qui ont animé le juste combat contre le Traité de Maastricht. «L’Europe que l’on nous propose n’est ni juste, ni libre, ni efficace. Elle enterre la conception de la souveraineté nationale et les grands principes issus de la Révolution: 1992 est littéralement l’anti 1789» Philippe Séguin. Bref, il aurait soutenu l'UPR.


François Asselineau : "Comment sortir de l'Union...

par UPR-TV


Le programme de l'UPR

Le programme actuel n’est qu’un aperçu du programme complet que l’UPR présentera aux Français à l'automne 2011, dans la perspective des présidentielles de 2012. Il comporte déjà les éléments phares de la stratégie de l’UPR pour la France – notamment la sortie de l'UE, de l'euro et de l'OTAN –, s’inscrivant en rupture avec l’ensemble de la classe politique française. EN SAVOIR PLUS

12:46 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : séguin

22/10/2011

SARKOZY-MERKEL OU LA MISE EN ESCLAVAGE DE LA FRANCE

Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©
Du 21 au 23 octobre 2011: Une chose est sûre, Nicolas Sarkozy est prêt à endetter les Européens à 77% juste pour sauver l'Union Européenne. Tout le système financier peut basculer en une fraction de seconde dans les jours qui viennent. Ce que Nicolas Sarkozy veut faire, c'est limiter la perte sur la Grèce à 20% alors qu'Angela Merkel veut 50%.

Ennui, 50% de pertes sur la Grèce veut dire la faillite de facto de la Société Générale, de la BNP et du Crédit Agricole. Vous comprenez pourquoi Nicolas Sarkozy ne veut pas en entendre parler. Mieux.. veut mettre les Européens en esclavage d'un système financier en faillite depuis 2008 et le Traité de Lisbonne que se rendre à l'évidence.

Vous assistez à l'Histoire. Ah: en Grèce les députés corrompus ont voté une loi "gelant les conventions collectives". Cela vous donne une bonne idée de ce qui nous attend. Clairement, les politiques sont devenus fous, qu'ils soient de droite ou de gauche. François Fillon a déclaré hier qu'il faut "une gouvernance économique européenne", ce qui veut dire que quelqu'un d'autre aura les clés du porte-monnaie de la France.

Le PS et l'UMP sont prêts à vendre la France pour sauver leur misérable petit fauteuil sans même tenir compte des conséquences à court et moyen terme. L'Europe est au bord de l'explosion tout comme son économie. Les banques centrales ont beau remonter la bourse au crick, la situation est définitivement perdue.

Nicolas Sarkozy a trahi les Français en faisant passer le traité de Maastricht Lisbonne alors que le peuple avait dit non. Maintenant, il est prêt à endetter la population jusqu'à la gorge et cela uniquement pour sauver les banques de leurs escroqueries monumentales. Voilà la véritable situation résumée en juste quelques lignes.

21/10/2011

François Fillon a-t-il peur de sortir de l'Europe?

Le temps du laxisme budgétaire est terminé, chante la gauche, la droite, et les médias aux ordres. Il faut rendre aux banques ce qu'elles nous ont déjà volé.

‎"Jamais nous ne laisserons tomber 60 années de construction politique, pour la simple et bonne raison que, derrière cet écroulement, il n'y aurait que le déclin de l'Europe et le néant." Déclare le premier ministre. 60 ans de soumission progressive au joug du marché et au dollars américain, ça ne s'oublie pas!

Recommandation pour monsieur Fillon


Une fois par jour pendant 6 mois (jusqu'aux prochaines élections), regarder la conférence de François Asselineau: "Faut-il avoir peur de sortir de l'euro ? (1/4)"


François Asselineau : "Comment sortir de l'Union... par UPR-TV

09:34 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : asselineau, fillon, europe

19/10/2011

Moody's donne ses ordres au gouvernement espagnol

ACCÉLÉRATION DE LA DESTRUCTION DE LA DÉMOCRATIE EN EUROPE: CE N'EST PLUS LE PEUPLE ESPAGNOL QUI DIRIGE L'ESPAGNE, NI LE PEUPLE FRANÇAIS QUI DIRIGE LA FRANCE: C'EST MOODY'S AU NOM DES "MARCHÉS FINANCIERS


L'agence américaine Moody's vient de dégrader brutalement de 2 crans la note de l'Espagne. Elle note désormais A1 les obligations d'État espagnoles à long terme, et non plus Aa2. [Source]

Selon Moody's, le gouvernement espagnol qui sortira des élections législatives du 20 novembre devra fermement continuer le "rééquilibrage des finances publiques" entamé par le gouvernement sortant dirigé par le "socialiste" [sic] José Luis Rodriguez Zapatero.

Donnée favorite dans les sondages, "l'opposition de droite" [sic] du Parti populaire espagnol a promis l'austérité face à la crise et des mesures de soutien à l'emploi afin de faire baisser un taux de chômage de près de 21%.

L'agence menace le pays de voir sa note soumise à des pressions à la baisse supplémentaires si cette attente ne se matérialise pas.


En revanche, indique-t-elle, "la mise en œuvre d'une politique crédible et rigoureuse de réformes budgétaires et structurelles de moyen terme, accompagnée d'une solution convaincante à la crise de la zone euro, entraînerait un retour à une perspective stable pour la note espagnole."

On ne saurait mieux dire qu'entre les directives de Bruxelles et celles des agences de notation américaines, la démocratie en Espagne n'est plus qu'une sinistre plaisanterie.

------------------

Il en est de même partout ailleurs en Europe, notamment en Grèce, en Italie, au Portugal, en Irlande, mais aussi en France.

Car Moody's a annoncé qu'elle se donnait trois mois pour "évaluer le caractère stable de la perspective du "Aaa" français". Ce qui a permis au "Premier ministre" français [NDLR : M. Fillon] de proclamer avec une gourmandise malsaine que "le "triple A" de la France n'est pas acquis".

Aussitôt, le ministre des finances, François Baroin, est accouru sur France 2 comme un domestique fautif sonné par une duchesse, pour assurer que la France mettrait "tout en œuvre" pour conserver sa note, "condition nécessaire pour protéger notre modèle social".

En d'autres termes :

a) - le gouvernement français détruit, les uns après les autres, tous les acquis sociaux des Français à la demande conjointe de l'UE et des agences de notation: il étudie des CDD à temps partiel de 7 heures par semaine , il envisage de porter la retraite à 70 ans par souci "d'harmonisation avec l'Allemagne", il "dérembourse" à tour de bras les médicaments, il bride l'accès aux soins, il constate que la pauvreté se répand à toute allure, etc., etc.

b) - et il a le culot d'affirmer que tout cela est la "condition nécessaire pour protéger notre modèle social" !

QUE SERAIT-CE DONC SI ON NE LE PROTÉGEAIT PAS ?!?!!
Il n'y a plus aucune limite aux mensonges les plus éhontés.

-----------------
CONCLUSION
-----------------

A l'évidence, l'ensemble de la classe politique française et européenne a complètement perdu le sens des réalités.

Partout sur le continent, les européistes ne sont plus que les larbins d'une oligarchie financière et d'un empire euro-atlantiste en folie. Ils sont prêts à transformer leurs pays en dictatures et à se vautrer dans la pire des servitudes pour défendre leur misérable place au soleil de la trahison.

Lorsque l'UPR aura accédé au pouvoir, les toutes premières décisions que nous prendrons seront :
1)- le retour immédiat au statut de la Banque de France d'avant la loi de 1973 et
2)- la mise en place d'un contrôle des mouvements de capitaux.

LA LOI DE LA FRANCE CESSERA ALORS D'ÊTRE LA LOI DES AGENCES DE NOTATION FINANCIÈRES ET CELLE DE LEURS DOMESTIQUES DE BRUXELLES. LA LOI DE LA FRANCE SERA DÉCIDÉE PAR LE PEUPLE FRANÇAIS.

François ASSELINEAU