Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/12/2010

Tract sur la sortie de l’Euro, mode d’emploi

Retour au FRANC.jpg



Alors que le désastre économique et financier de l’euro se précise, et que les événements s’accumulent pour prouver que l’UPR est, depuis 3 ans et demi, le SEUL mouvement politique lucide et responsable capable de sauver la France du péril extrême dans lequel elle s’enfonce, il nous semble nécessaire d’accélérer notre très sensible montée en puissance et notre visibilité sur le terrain.

Nous demandons en conséquence à tous nos adhérents et à tous nos sympathisants :

* - de prendre connaissance du tract ci-joint qui précise le programme de l’UPR pour sortir de l’euro,

* - de le diffuser au maximum à toutes leurs connaissances, familiales, amicales et aussi, si possible, professionnelles,

* - pour ceux qui en ont la possibilité matérielle, d’imprimer et de photocopier [à leurs frais, hélas....] ce tract en couleurs (de préférence) ou en noir et blanc et de le diffuser tout autour d’eux, notamment aux personnes âgées qui n’ont souvent pas accès à Internet. Même quelques dizaines de tracts photocopiés peuvent être très précieux pour diffuser notre programme sur l’euro,

* - de le diffuser sous toutes ses formes (papier et numérisé) et par tous les moyens à votre disposition (courriel, blog, réseaux sociaux, courriers, affichage, distribution, dépôt dans les lieux publics et privés,… ).

La situation de la France s’aggrave et nous sommes là pour prouver que les Français ne vont pas laisser tomber la France.


Tract intégral à télécharger : http://www.u-p-r.fr/tract-sur-la-sortie-de-leuro-mode-dem...

La page facebook de l'UPR

27/11/2010

François ASSELINEAU à Toulouse

conférence à Toulouse.jpg


4 DÉCEMBRE 2010 - GRANDE RÉUNION PUBLIQUE ET BUFFET-DÉBAT À TOULOUSE avec François ASSELINEAU

Cette réunion publique aura lieu à 19H00, au 15 rue Sainte Anne.

Elle comprendra deux temps forts :
a)- une conférence mise à jour sur “Les 12 impasses de l’Europe”
b)- un buffet-débat du président de l'UPR avec le public.

N’hésitez pas à y venir avec des amis, et notamment avec ceux qui sont désespérés et qui ne croient plus dans la politique.

Car ce sera pour tous une occasion exceptionnelle pour comprendre ce que l’on vous cache et pour reprendre quand même confiance dans l’avenir de la France.

Pour davantage d’informations :
http://www.u-p-r.fr/wp-content/uploads/2010/11/tract-les-...
Le dossier de presse à télécharger : UPR - DOSSIER DE PRESSE - TOULOUSE - 4 décembre 2010.pdf

Le site de l'UPR
La page facebook de l'UPR

21/11/2010

L’Union européenne : savoir et comprendre

Union-Europeenne-Logo-1.jpg


L’Union européenne n’est pas un peuple.
Un peuple est un « ensemble de gens unis par leur origine, leur mode de vie, leur langue ou leur culture ».* Or L’Union européenne est constituée de plusieurs peuples différents composés pour chacun d’eux, de gens unis par leur mode de vie et de culture.

L’Union européenne n’est pas une ethnie.
Une ethnie est un « groupement humain qui possède une structure familiale, économique et sociale homogène, et dont l’unité repose sur une communauté de langue, de culture et de conscience de groupe ».* Or l’Union européenne est composée de groupes humains hétérogènes appartenant à des sphères socio-économiques distinctes.

L’Union européenne n’est pas une civilisation.
Une civilisation est un «ensemble de caractéristiques propres à une société et un état de développement économique, social, politique et culturel auquel sont parvenus certaines sociétés et qui est considéré comme un idéal à atteindre par les autres ».* Or l’Union européenne ne détient pas de caractéristiques propres qui la singularisent et est loin d’atteindre un idéal.

L’Union européenne n’est pas une communauté.
Une communauté est un « groupe de personnes unies par des liens d’intérêts, des habitudes communes, des opinions ou caractères communs ». * Or l’Union européenne est formé de peuples de cultures et d’habitudes différentes aux intérêts divergents.

L’Union européenne n’est pas une population.
Une population est « un nom collectif qui désigne l’ensemble des habitants d’un pays, d’une région ou d’une ville ».* Or l’Union européenne n’est ni un pays, ni une région, ni une ville.

L’Union européenne n’est pas un État.
Un État « représente une collectivité, un peuple ou une nation, à l'intérieur ou à l'extérieur d'un territoire déterminé sur lequel elle exerce le pouvoir suprême, la souveraineté ».* Or l’Union européenne exerce la souveraineté sur seulement certaines compétences que les États membres lui ont confiées.

L’Union européenne n’est pas un État fédéral ou une fédération.
Une fédération est « un État souverain, composé de plusieurs entités autonomes dotées de leur propre gouvernement ».* Or l’Union européenne n’est pas un État, elle n’est donc pas un État fédéral.

L’Union européenne n’est pas une confédération.
Une confédération est une « association d'États indépendants qui ont, par simple traité, délégué l'exercice de certaines compétences à des organes communs. Dans une confédération, la souveraineté appartient exclusivement aux entités qui composent l'ensemble».* Or, l’Union européenne détient la souveraineté pour certaines compétences déléguées par les États membres.

L’Union européenne n’est pas une Nation.
Une Nation est « un ensemble d’êtres humains vivant dans un même territoire, ayant une communauté d'origine, d'histoire, de culture, de traditions, parfois de langue, et constituant une communauté politique ». * Or l’Union européenne est composée de peuples partageant des histoires et des traditions liées à leurs pays et donc différentes. En outre, l’Union européenne ne constitue pas une communauté politique reconnue et légitime.

L’Union européenne n’est pas une organisation intergouvernementale.
Une organisation intergouvernementale est « une organisation qui regroupe des personnes morales afin de coordonner des actions touchant plusieurs pays. Elle émane de, et est contrôlée par les gouvernements des divers pays ».* Or l’Union européenne est une organisation qui combine le supranational (des pouvoirs supérieurs sur certains points à ceux d'une nation) et l'intergouvernemental.

En revanche, on peut affirmer que l’Union européenne a été créée de toutes pièces. Elle représente en fait une création chimérique, une simple idée, un simple projet parmi tant d’autres qui n’a pas plus de légitimité que d’autres projets politiques.
Ce projet politique est d’autant plus critiquable que son bilan après plus d’un demi siècle est totalement catastrophique sur le plan culturel, social, économique, historique, environnemental, financier et humain.



Leçon n°23 : “Celui qui ne gueule pas la vérité, lorsqu’il connaît la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires” (Charles Péguy).


Le site de l'UPR
La page facebook de l'UPR

*Sources : Robert et Larousse.

30/10/2010

Cela doit faire réflechir normalement...

Une petite vidéo vaut mieux qu'un long discours.
Je vous propose donc une interview filmée de 4 minutes environ riche d'enseignements et qui démontre l'impasse de la construction européenne.





Le site de l'UPR.
La page facebook de l'UPR.

21/10/2010

François ASSELINEAU invite au débat sur Agoravox

Agoravox.jpg


François ASSELINEAU, Président de l'Union Populaire Républicaine débat avec les internautes. Une première pour un homme politique et autant de preuves qui témoignent de son respect pour les citoyens français et de sa volonté de rétablir la démocratie.

http://www.agoravox.fr/auteur/francois-asselineau-64510

Quelques extraits :

"Si je ne pouvais pas être présent à l’élection présidentielle, ou si, ayant pu l’être, je ne pouvais pas accéder au second tour, il va de soi (et encore mieux en le disant) que ni moi ni aucun responsable de l’UPR n’appellerait à voter pour l’un quelconque des autres candidats restant en lice. (A moins que l’un des deux prenne l’engagement solennel de faire sortir la France de l’UE immédiatement et unilatéralement en vertu de l’article 50, ce qui, hélas, relève de la chimère absolue).

Nous appellerions alors les électeurs à s’abstenir ou à aller voter blanc ou nul puisqu’un tel second tour n’opposerait (comme ce fut le cas en 2007, en 2002, en 1995) que deux complices de l’asservissement de la France, deux faces de la même médaille européiste.

Pour être encore plus précis (si c’est nécessaire !), je précise que ni moi ni aucun des responsables de l’UPR n’est le "sous-marin" de qui que ce soit. Ce n’est pas parce que j’ai travaillé jadis dans des cabinets ministériels de personnalités de l’actuelle majorité que je "roule" pour l’UMP. De même, ce n’est pas parce que certains de nos responsables ont été membres du PS ou d’autres partis, de gauche, du centre, ou de droite, qu’ils "roulent" pour ces différents mouvements dont ils sont partis écoeurés."

--------------------------

"C’est une monnaie plurinationale qui a été lancée à la demande des Etats-Unis (cf. notamment les révélations de Ambrose Evans-Pritchard du Daily Telegraph du 19 septembre 2000 sur la déclassification des documents Confidentiel Défense du département d’Etat américain, en particulier la note confidentielle défense du 11 mars 1965 à Robert Marjolin, vice-président de la CEE, qui recommandait à la CEE de créer de façon subreptice une union monétaire européenne en "évitant tout débat" dans l’opinion publique)

L’euro n’est pas plus viable que les dizaines de monnaies du même genre qui l’ont précédée dans l’histoire sur des 5 continents.

C’est une monnaie qui n’a tenu aucune des promesses dont on l’avait entouré, et qui n’a amené rien d’autre, depuis 10 ans, qu’un appauvrissement général et le vol de la démocratie dans chacun des pays mis sous tutelle budgétaire et monétaire.

L’euro finira nécessairement par exploser pour les raisons techniques très précises que j’expose dans ma conférence "Sortie de l’euro mode d’emploi", que je donnerai de nouveau à Paris le 5 novembre prochain (cf. précisions à venir sur www.u-p-r.fr)."


-----------

"J’ai, tout au contraire, sabordé ma carrière pour être fidèle à l’idée que je me fais de la vérité et du service de l’intérêt général, ainsi que de mon devoir vis-à-vis de la France et des quarante générations qui ont bâti notre pays. Avec une foi à déplacer les montagnes, et à la stupéfaction de tout mon entourage professionnel, j’ai délibérément repoussé la voie de l’argent et des honneurs pour me battre, avec des moyens dérisoires et l’énergie du désespoir, pour que Vive la France."