Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/07/2010

La propagande européiste

Image trouble de la vision UE.png


Cela fait près de 60 ans que nous entendons et que nous vivons la construction européenne qui, je vous le rappelle, n'est pas prête d'être terminée. J'en profite à cette occasion pour vous demander si vous accepteriez que les travaux de construction de votre maison durent aussi longtemps? Probablement que non. Nous subissons ainsi l'encensement perpétuel de l'Union Européenne par certaines élites, quelques intellectuels, la majorité des hommes politiques et tous les médias. Mais si on s'arrête un instant pour faire un bilan, car il faut à présent faire le bilan, nous nous apercevons que non seulement les objectifs qui avaient été fixés n'ont pas été atteints mais que cette construction européenne est un réel échec pour les peuples des Etats membres de l'Union Européenne.

Les européistes nous imposent la construction européenne comme un dogme, une doctrine qui ne peut être remise en cause. Toute la subtilité est bien là. Il s'agit d'un vrai lavage de cerveau qui commence dès l'enfance dans les manuels scolaires et perdurent pendant toutes les études. Or, la construction européenne n'est qu'un concept politique parmi tant d'autres qui peut être combattu. Mais personnellement je n'ai pas en mémoire d'émissions ou de débats télévisés ou radios sur ce sujet aussi crucial que celui-là. Vous avez bien compris ; Il existe un boycott de l'ensemble du système pour éradiquer tout éventuel départ de feu qui pourrait bien entendu créer un véritable brasier... L'Union Populaire Républicaine est à ce même titre boycotté par les médias. Même si la croissance de ce mouvement inquiète la plupart des partis politiques, François ASSELINEAU est interdit d'antenne à ce jour.

Je finirais mon propos par 2 illustrations.

La première va vous concerner directement par le biais d'une petite expérience. Si vous interpellez, de manière habile, vos proches et vos amis, quand l'occasion se présente, sur l'opportunité de faire sortir la France de 'l'Union Européenne, vous vous apercevrez généralement que l'idée même de la remise en cause de la construction européenne choque. Vous vous rendrez ainsi compte de la puissance même de la propagande opérée depuis des décennies.
Comme la plupart des sympathisants et des adhérents de l'UPR, vous démontrerez alors, avec l'expérience, pas à pas les fausses idées que les européistes véhiculent pour terroriser les gens.

La deuxième illustration concerne un exemple d'article que l'on peut voir tous les jours dans la presse et qui de manière subliminale et implicite démontre à tort que l'Europe est un succès. J'ai pris pour mon exemple un article en page 7 du journal du Monde daté du 22 juillet 2010 et rédigé par Philippe Ricard.

Je vous laisse lire tout d'abord cet extrait :

"L'Europe dispose de nombreux secteurs de pointe
Les piliers de la prospérité européenne subissent certes les effets de la crise. Les banques, et certaines industries, ne doivent leur survie qu'à l'intervention plus ou moins massive des Etats, mais certains fleurons demeurent aux avant-postes.

Volkswagen aspire même à ravir à Toyota la place de premier constructeur mondial. Les ventes automobiles sont incertaines dans l'Union, mais les différentes marques européennes se sont organisées pour tirer profit du dynamisme des pays... émergents. Airbus s'en sort aussi bien - ou aussi mal - que Boeing, et peut même se réjouir de la baisse relative de l'euro face au dollar. L'une des toutes premières places financières mondiales n'est-elle pas la City de Londres, même si le secteur bancaire britannique a été partiellement nationalisé ?
"

Dans cet article, Monsieur Ricard veut nous faire croire, de façon honteuse, que les bons résultats et les succès des grandes firmes et des fleurons de l'industrie européenne sont une conséquence de l'Europe et de la construction européenne. L'Europe n'a bien entendu rien à voir avec cela. Le développement de grands groupes industriels européens sont le résultat de leur dynamisme, de leur efforts en terme de recherche et de développement et pour Airbus, de coopérations économiques entre plusieurs entreprises de plusieurs pays européens.
Sans l'Union Européenne, les résultats auraient, bien évidemment, été les mêmes ce que confirme d'ailleurs de nombreux économistes.


Leçon n°2 : L'Europe n'est pas un dogme établi mais une simple idée politique qui peut être débattue et combattue

UPR

23/07/2010

La vérité sur Robert Schuman

image schuman blog.png


Robert Schuman est présenté par tous comme le père de l'Europe en raison de sa déclaration du 9 mai 1950 lorsqu'il énonce le principe d'une coopération de la france et de l'Allemagne dans ce qui deviendra plus tard la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier).

J'ai le regret de vous informer qu'il s'agit en fait d'une véritable imposture et d'une propagande magnifiquement orchestrée par les européistes et relayée encore aujourd'hui par tous les médias.

Ainsi la fameuse « Méthode Monnet-Schuman » n’a strictement rien d’une idée neuve et géniale, comme on l’enseigne aux Français depuis des décennies. Ce n’est que la reprise exacte de la méthode inventée et mise au point par les États-Unis depuis longtemps et dont on trouve les premiers indices sûrs dans le rapport de l’agent secret Andrews de 1854.

La confirmation officielle du rôle joué par les États-Unis d'Amérique dans la construction dite « européenne » et dans la Déclaration dite « Schuman » a été fournie à l’été 2000 par la déclassification et la publication, conformément à la loi américaine, des documents classés « Confidentiel Défense » du Département d’État pour les années 1950 et 1960. Alors que les médias français ne s'y sont pas intéressés, certains médias britanniques ont étudié ces documents de près et en ont révélé certains passages instructifs à leurs lecteurs. Tel fut le cas du Daily Telegraph du 19 septembre 2000

Je vous laisse apprécier la lecture d'un dossier spécial sur cette affaire qui retrace l'histoire pas si jolie de Monsieur Schuman :

Le dossier intégral


Leçon n°1 : L'Histoire que l'on vous raconte n'est pas forcément toujours vraie



UPR

22/07/2010

De quelle personnalité politique proviennent ces propos ?

"Pour nous, l'essentiel n'est pas dans la théorisation "ad infinitum".
Pour nous, l'essentiel c'est d'agir !

Nous voulons que la France redevienne ce que signifie son nom : "le pays des Hommes Libres".
Nous voulons que les Français reprennent leur souveraineté au plus vite, afin de décider par eux-mêmes de leur avenir collectif.
Nous voulons faire échouer le plan des théoriciens euro-atlantistes, qui ont décidé que la France achèverait piteusement son histoire bimillénaire en étant morcelée en sous-provinces d'un Empire dictatorial, marchand, prédateur, belliciste et négateur des peuples, des nations et des cultures du monde.

Pour cela, nous avons besoin de réunir les 55% de Français, de droite et de gauche, qui ont voté Non à la Constitution européenne.
Et aussi le plus grand nombre possible de ceux qui ont voté Oui, trompés qu'ils ont été par une propagande européiste omniprésente.
Nous voulons que, tous ensemble, nous fassions sortir la France de l'Union européenne en vertu de l'article 49-A du traité de Lisbonne.

Pour cela, nous nous en donnons les moyens.
Comment ? En écartant tout débat superflu, qui divise là où nous devons rassembler.

Nous cherchons le plus grand dénominateur commun entre tous les Français de bonne foi qui sont prêts, comme à tous les grands moments de notre histoire nationale, à mettre de côté nos "querelles de gaulois" pour imposer, contre les puissances d'asservissement et contre vents et marées, la liberté de la France et des Français.

Ce n'est pas plus compliqué que ça.
Mais notre succès dépend de la capacité de tout un chacun à accepter provisoirement de mettre de côté ce qui nous sépare pour ne contempler que ce qui nous unit."


Alors, avez-vous trouvé l'auteur de ces propos? J'imagine que vous avez quelques idées... mais si vous relisez attentivement, vous comprendrez qu'il ne peut pas y avoir beaucoup d'homme politique qui puisse proclamer publiquement un tel discours.
Par sa clarté, sa franchise, sa qualité de fond, seul François ASSELINEAU peut effectivement prononcer ces mots. L'UPR qu'il préside, fait le choix de dire tout simplement la vérité aux Français, sans langue de bois, en argumentant de façon détaillée les orientations politiques du parti. La sortie de la France de l'Union Européenne est l'objectif ultime de l'UPR et s'appuie sur une démonstration et une logique imparables et non sur des slogans ou de petites querelles politiciennes

Dès 2007, il avait déjà dit et écrit que l'Euro et l'Union européenne allaient sombrer : article dans Entreprendre de juin 2007

source : lien facebook

UPR

21/07/2010

L'UPR, seul parti politique à proposer de sortir de l'Europe

Sur l'échiquier politique français, on trouve tout d'abord la famille des européistes convaincus. Tel l'UMP ou le PS, ces partis encensent l'Europe et ne jurent que par l'Europe. Même si après plus de 50 années de construction européenne, les succès ne sont toujours pas au rendez-vous, ils clament haut et fort que l'Union Européenne est la seule voie qui mène au bonheur des peuples. Ainsi, après l'échec du référendum de 2005, Nicolas Sarkozy a forcé le peuple français, en convoquant le congrès, à accepter le traité de Lisbonne et par voie de conséquence à approuver la poursuite de la construction européenne.

On peut distinguer ensuite les alter européens comme les Verts ou le Parti de gauche qui reconnaissent que l'Union Européenne actuelle est un échec où la dimension économique et financière l'ont emporté sur la dimension politique. Ces partis, pourtant, espèrent une autre Europe, une Europe plus sociale, une Europe plus démocratique, une Europe des peuples, etc. Pure hypocrisie : ils sont pieds et points liés mais essaient de faire croire qu'ils peuvent influer sur cette construction.

Il y a ensuite les partis eurosceptiques tel le parti de Monsieur Dupont Aignan qui surfe sur la vague de la crise de l'euro pour exister politiquement. Il propose certes de sortir de l'Euro mais ce Monsieur oubli un détail technique essentiel. La sortie de l'Euro est conditionnée à la sortie de la France de l'Union Européenne. Il y a bien hélas tromperie auprès de son électorat. En fait, il s'agit d'arrangement avec les partis les plus importants qui entretiennent une pseudo opposition. L'UMP laisse tranquille Monsieur Dupont Aignan dans sa circonscription pour la députation et lors des élections municipales et en contre partie, Monsieur Dupont Aignan fait office d'opposition. Le système s'auto-régule.

Enfin, l'Union Populaire Républicaine dont François Asselineau est le Président Fondateur est le seul parti à proposer de façon claire et argumentée la sortie de la France de l'Union européenne. Cet objectif ultime est un préalable avant de définir les orientations de politiques nationales. Il s'agit de libérer la France de ce fardeau technocratique.


Site internet de l'UPR : UPR


21:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : upr, politique, europe, sortie, euro