Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2010

L'Europe est une impasse financière




Cette vidéo est un reportage de France 3 datant de 2009 qui a le mérite de mettre en exergue les incohérences des dépenses de l'Europe. Dès le début, on constate l'aberration des déménagements du Parlement une fois par mois entre Bruxelles et Strasbourg. Il faut le voir pour le croire. Cela représente tout de même la somme de 100 millions d'euros annuellement ... Quant au reste de la vidéo, le journaliste essaie de montrer quelques avantages en prenant l'exemple des subventions accordées pour le Mont Saint Michel. Le journaliste oublie de mentionner que cet argent européen provient des contribuables français et que la France a largement les moyens de financer seule ce genre de projet d'autant plus avec les économies qu'elle réaliserait en sortant de l'Union Européenne.

Le budget de l'Union Européenne est en constante augmentation en raison de la croissance des frais de fonctionnement. Il représentera 142 milliards d'euros en 2010 dont environ 6% du budget seront consacrés au fonctionnement des institutions et les autres 94% seront reversés aux Etats membres. Mais cette redistribution est inégale selon les Etats. Les plus importants bénéficiaires sont les pays de l'Est et les plus grands contributeurs sont les pays fondateurs de l'Europe dont notamment l'Allemagne et la France.

En 2008, la France a versé à l'Union Européenne 19 milliards d'euros et a reçu 12 milliards d'euros. Elle a été donc déficitaire de 7 milliards d'euros. Mais la facture ne s'arrête pas là car il faut ajouter :
- près de 3 milliards de cofinancement. L'Europe demande en effet aux Etats membres de contribuer financièrement aux projets que l'Europe subventionne.
- 250 millions de refus d'apurement, soit des dépenses réalisées par la France dans le cadre de projets européens mais qui n'ont pas été validées par les institutions européennes.
- 600 millions de sanctions telles que la non transposition des directives européennes en droit français (cas de la directive autorisant les OGM par exemple).
- 100 millions pour la promotion de Strasbourg et le déménagement mensuel du parlement notamment
- 8 millions d'indemnités pour les parlementaires français au parlement européen
- 11 millions pour les frais de fonctionnement de 7 corps militaires européens

Nous obtenons un total de près de 11 milliards de dépenses par an en faveur de l'Europe inscrite dans le budget français .

Cette somme va augmenter de façon inévitable au fil des années en raison d'une part de l'augmentation croissante des pouvoirs transférés à l'Union Européenne. Le traité de Lisbonne a donné la possibilité de conférer plus de prérogatives aux institutions européennes comme l'instauration d'un Service commun d'action extérieure, le service des affaires étrangères de l'Union comprenant à terme près de 6000 personnes dont 2000 diplomates (http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/l-ue-lance-...). D'autre part, l'entrée de nouveaux pays dans l'Union Européenne comme la Croatie, l'Islande ou la Turquie prévue dans les 5 ans vont générer des coûts supplémentaires importants en terme de gestion (traduction, frais d'hébergement, réunions, voyages, ...).


Leçon n°7 : Quand un gouvernement se trompe, il n'a qu'une solution : persévérer dans l'erreur (André Frossard)


Site de l'UPR

30/07/2010

L'Europe c'est la paix ?

enfant blesse guerre afghanistan.jpg


Souvenez vous! La construction européenne a démarré après la seconde guerre mondiale dans le but d'éviter des guerres notamment. En faisant l'Europe, nous allions ainsi nous mettre à l'abri de conflits mondiaux et éviter de participer à des guerres inutiles. Le slogan qui perdure aujourd'hui et qui reste ancré dans de nombreux esprits demeure : l'Europe, c'est la paix !

Or paradoxalement, l'Union Européenne est engagée aujourd'hui dans un conflit en Afghanistan suite à une décision américaine. Bien que la France a publiquement et vivement contesté cette décision, nous sommes aujourd'hui aux côtés des américains dans une guerre injuste et infondée je vous le rappelle. Certains soutiennent d'ailleurs l'hypothèse d'une orchestration des attentats du 11 septembre 2001 par les Etats-Unis afin qu'ils disposent d'une raison suffisante pour déclarer la guerre à l'Irak et à l'Afghanistan.

Par son adhésion à l'Union Européenne, le peuple français est en guerre contre l'Afghanistan qui le veuille ou non. Certains Français peuvent être d'accord d'ailleurs avec cette guerre mais un deuxième problème de fond demeure.

En effet, en s'associant aux Etats-Unis, l'Union Européenne et donc la France servent les intérêts américains et non les intérêts de l'Europe. Le plus dramatique, le plus injuste et le plus incohérent, c'est que des moyens européens soient mis au service d'une cause américaine, de surcroît contestable.

L'Europe, ce n'est pas la paix, c'est la guerre. Une guerre non choisie par l'Europe ou la France mais une guerre décidée hors d'Europe par les américains.


Leçon n° 6 : La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures. (Noam Chomsky)



lien vers la vidéo - extrait n°11 - de François ASSELINEAU sur ce sujet

29/07/2010

Les abérrations des décisions de l'Europe

image OGM.png


Les lois votées à l'Assemblée nationale et au Sénat proviennent pour 80 % des décisions de l'Union Européenne. Nos assemblées ne représentent plus que de simples chambres d'enregistrement. Le pouvoir de décision a bel et bien été transféré à Bruxelles. Au-delà de cette déliquescence dramatique du pouvoir démocratique, ce sont aussi les décisions absurdes qui doivent être condamnées. Enfin, quand je dis absurdes, ce n'est pas le cas pour tout le monde au final. N'oubliez pas que Bruxelles est très convoitée par les lobbies qui recherchent à tout prix à influer sur les décisions pour le compte de groupements privés...

Je vais donc prendre 2 exemples qui je l'espère vous éclairera.

Le premier concerne un projet de règlement européen sur les pratiques oenologiques, adopté à titre indicatif en janvier 2009. Ce dernier voulait autoriser le vin rosé par coupage. Cet usage, interdit jusqu'ici en Europe consiste à colorer un vin blanc avec un peu de vin rouge, alors que, en fabrication traditionnelle, le rosé est issu de raisins rouges dont le peau et la pulpe macèrent un temps donné.

Je ne sais pas si vous pouvez imaginer la réaction des vignerons français face à l'incohérence de ce projet, à l'inculture oenologique manifeste, et au mépris de la profession globalement. Il est vrai que certains pays comme les États-Unis, l'Afrique du Sud, ou l'Australie par exemple, pratiquent ce procédé. Je vous laisse donc imaginer comment a pu aboutir ce projet si ce n'est que par le travail colossal de lobbying des industriels outre atlantique au sein des institutions européennes... Nous héritons non seulement de décisions bruxelloises au terme d'un consensus à 27 Etats qui n'apportent parfois aucun bénéfice à la France mais nous héritons parfois de décisions émanant de pays hors d'Europe... Un comble!

Le deuxième exemple concerne l'autorisation de la culture d'Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) en Europe par la Commission européenne. Or, les Etats membres s'étaient mobilisés, courant 2009, pour contrer la proposition de lever la clause de sauvegarde mise en place en Autriche et en Hongrie contre la culture du MON 810. Six pays, dont la France et l'Allemagne, ont interdit la culture de cette variété produite par la firme Monsanto, et onze Etats ont demandé à pouvoir interdire les cultures transgéniques sur leur territoire.

Mais rien y a fait, l'Europe a autorisé, mardi 2 mars 2010, le commerce de plusieurs organismes génétiquement modifiés (OGM). Les autorisations concernent la culture de la pomme de terre Amflora, mise au point par la firme BASF, ainsi que plusieurs variétés du maïs MON 863.

Encore une fois, les lobbies du semencier américaine Mosanto ont bien fonctionné.


Leçons n°5 : Quand un système est absurde il faut s'en méfier, quand il devient hostile, il faut le quitter



UPR

28/07/2010

L'europe s'autobloque et c'est tant mieux!

art de la guerre stratageme des chaines.jpg


Si on s'attarde quelques minutes sur la construction européenne et son fonctionnement, on observera l'organisation la plus absurde que l'on puisse connaître au monde. De plus, cette aberration institutionnelle et unique au monde continue de compliquer, au fil des ans, le système qu'elle a créé...

Le système par définition s'autobloque. Mais qu'est ce qu'un système autobloquant?
Pour bien comprendre, on peut imaginer par analogie le processus décisionnel pour entreprendre des travaux dans une maison individuelle, dans une copropriété à 12 appartements et dans une copropriété à 30 appartements. Si dans un maison individuelle, le propriétaire et lui-seul choisit la nature des travaux et la date de réalisation, dans une copropriété de 12 appartements ce sont 12 propriétaires qui vont devoir décider ensemble. Mais alors que certains vont vouloir changer le "digicode" de l'entrée, d'autres préféreront remplacer les menuiseries et certains enfin ne voudront rien faire du tout. Je vous laisse imaginer la problématique pour une copropriété à 30 appartements...

L'Europe, c'est la même chose. Les Etats membres essaient de s'entendre sur des décisions qui ne vont pas forcément dans l'intérêt de chaque Etat. En réalité, plus il y a du monde, plus les intérêts individuels divergent et plus cela bloque toute décision. C'est le stratagème des chaines, inventé par Sun Tzu dans l'Art de la guerre.

Alors qu'à l'heure actuelle, les Etats membres de l'Europe peinent à trouver un dénominateur commun dans chaque décision, l'intégration d'autres Etats membres sont en discussion... Cela ne fonctionne pas mais on continue à complexifier le fonctionnement. Je vous fais grâce ici des conséquences en terme de logistique, de traduction et de contributions financières des Etats à chaque nouvelle adhésion.

Le système est absurde mais il profite à d'autres. Les Etats-Unis à l'origine même de la construction européenne (http://www.historia.fr/content/recherche/article?id=6744 et http://www.facebook.com/pages/Francois-Asselineau-Union-P...) profitent en effet de ce système sans envergure, sans orientation, sans souplesse et sans pilote. Ils sont favorables bien entendu à l'adhésion de nouveaux pays comme la Turquie...



Leçon n° 4 : Les grands dysfonctionnements qui perdurent sont souvent créés et entretenus à des fins belliqueuses


UPR

27/07/2010

L'europe n'est pas démocratique


Discours de Nigel Farage contre Van Rompuy 24/02/2010.
envoyé par Cyborg_20. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Cette vidéo introductive met en scène Nigel Farage, député européen et Président du UK Independence Party et l'un des seul homme politique courageux pour dénoncer les aberrations de la construction européenne et notamment le problème de la représentation démocratique des responsables de l'UE. Dans cette vidéo, il fait un virulent procès contre M. Van Rompuy en lui demandant de façon provoquante : "Who are You ?"

L'union Européenne (UE) ainsi constituée est l'exemple même d'une contre-démocratie. Alors que ses pouvoirs sont grandissants, alors que le nombre des Etats membres ne cessent de croître, alors qu'historiquement cette Europe souffre d'une légitimité politique, alors que pratiquement tous les partis politiques actuels espèrent une autre Europe, alors que de plus en plus de lois émanent des décisions européennes, alors qu'il faudrait par conséquent une super démocratie exemplaire, nous constatons que la gouvernance européenne est, hélas, bâti sur un schéma non démocratique. Les processus décisionnels, les modes de désignation des hauts responsables, et la non prise en compte de l'avis des Etats membres sur des sujets stratégiques démontrent un fonctionnement presque dictatorial.

La commission européenne qui est l'organe exécutif de l'UE est composée de commissaires européens qui sont l'équivalent des ministres pour un Etat. Ils ne sont pas élus mais désignés par le conseil de l'UE. Le Président de la Commission, soit l'équivalent du poste de premier ministre, n'est pas élu également par le peuple. Le nouveau Président du Conseil, Monsieur Van Rompuy, qui est à présent depuis le 1er janvier 2010 le Président de l'Europe est non seulement un parfait inconnu mais n'est pas, lui aussi, élu par le peuple.

Si on observe le fonctionnement et les procédures de décisions à Bruxelles, qui par voie de conséquence s'appliquent par la suite dans les Etats membres, on apprend que ce sont essentiellement les lobbies qui ont leur bureau dans les bâtiments de l'Union Européen qui travaillent "au corps" les députés européens, les commissaires et les fonctionnaires européens pour influer sur les décisions. Les lobbies, au nombre d'environ 16 000 à Bruxelles représentent et défendent des intérêts essentiellement privés pour le compte de syndicats professionnels ou de groupements d'industriels.

Enfin, pourquoi les Politiques n'ont pas pris en compte les votes du NON au traité de la constitution pour l'Europe en France, en Irlande et aux Pays Bas. Malgré un vote par référendum correspondant à la souveraineté populaire, ils sont passés outre. Un véritable viol démocratique!

Sortir de l'Union Européenne, c'est permettre à l'Etat français de redevenir un pays démocratique en laissant au peuple français et à ses députés le choix de ses orientations politiques.


Leçon n°3 : La civilisation démocratique est entièrement fondée sur l'exactitude de l'information. Si le citoyen n'est pas correctement informé, le vote ne veut rien dire. (Jean-François Revel)



UPR