Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/01/2011

Terra Nova nous ment

Terra Nova.jpg



Terra Nova, le cercle de réflexion ou la "boîte à outils" du Parti Socialiste a publié en janvier 2010 une étude visant à démontrer que l'idée que 80% des lois française proviennent de la législation européenne ne serait qu'un mythe.

http://www.meam.fr/Le%20mythe_des_80P.pdf

Je vous joins l'analyse détaillée de François ASSELINEAU, toujours présente sur la page facebook de l'UPR, démontrant la supercherie.

-----------------------------------------

1) Terra Nova est tout sauf une source fiable et les remarques faites ici avant moi, notamment par Thibault et Vincent, sont fondamentales. Terra Nova est une officine ultra-européiste et l'objet de son étude, réalisée ...avec la complicité de l'ultra-atlantiste Sciences Po Paris, est de tenter de faire passer la construction européenne pour une chose tout à fait inoffensive et marginale.
La chose est curieuse : si l'affaire était aussi marginale et anecdotique qu'ils le découvrent soudain, pourquoi nous ont-ils chanté monts et merveilles sur les effets bénéfiques de traités de Maastricht et de Lisbonne ? Et pourquoi serait-il "inimaginable" et "impossible" d'en sortir ?
Soit la construction européenne est cruciale, soit elle est anecdotique.
Mais elle ne peut pas être l'une et l'autre.

----

2) En fait, cette étude de Terra Nova, qui est déjà un peu ancienne, est fondée sur un trompe-l'oeil car elle joue doublement sur les mots :

- d'une part elle a limité son étude aux "lois" strictement dites, alors que, lorsque j’évoquais moi-même le pourcentage de 80% - sur la foi de Jacques Delors… -, je précisais : « 80% des lois et réglements ».

- d'autre part, elle a compté toutes les lois et tous les articles de lois, sans faire la différence entre les sujets de nature stratégique et les sujets de nature très ponctuels ou accessoires.

----

3) Pour que les lecteurs comprennent bien le tour de passe-passe de Terra Nova, je les invite à aller consulter eux-mêmes les numéros du Journal Officiel de la République Française, où sont obligatoirement publiés toutes les lois et tous les règlements (Décrets et Arrêtés). C'est facile, c'est sur le site http://www.journal-officiel.gouv.fr/frameset.html

Grâce à ce site, vous découvrirez que, si on se limite aux seules LOIS, comme le fait Terra Nova, les 12 dernières lois adoptées et promulguées en ce 4 janvier 2011 ont été les suivantes :

JO n°0301 du 29/12/2010
1- LOI n° 2010-1645 du 28 décembre 2010 de programmation des finances publiques pour les années 2011 à 2014

JO n°0302 du 30/12/2010
1- LOI n° 2010-1657 du 29 décembre 2010 de finances pour 2011
2- LOI n° 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010

JO n°0002 du 04/01/2011
1- LOI n° 2011-1 du 3 janvier 2011 autorisant l'adhésion à la convention des Nations unies de 1997 sur le droit relatif aux utilisations des cours d'eau internationaux à des fins autres que la navigation
2- LOI n° 2011-2 du 3 janvier 2011 autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne concernant l'échange de renseignements sur les titulaires du certificat d'immatriculation de véhicules contenus dans les fichiers nationaux d'immatriculation des véhicules dans le but de sanctionner les infractions aux règles de la circulation
3- LOI n° 2011-3 du 3 janvier 2011 autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Roumanie relatif à l'assistance et à la coopération en matière de protection et de sécurité civiles dans les situations d'urgence
4- LOI n° 2011-4 du 3 janvier 2011 autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tchèque sur l'échange de données et la coopération en matière de cotisations et de lutte contre la fraude aux prestations de sécurité sociale
5- LOI n° 2011-5 du 3 janvier 2011 autorisant la ratification de l'accord de stabilisation et d'association entre les Communautés européennes et leurs Etats membres, d'une part, et la Bosnie-et-Herzégovine, d'autre part
6- LOI n° 2011-6 du 3 janvier 2011 autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République du Cap-Vert relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au développement solidaire
7- LOI n° 2011-7 du 3 janvier 2011 autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Burkina Faso relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au développement solidaire
8- LOI n° 2011-8 du 3 janvier 2011 autorisant l'approbation de l'accord de coopération dans le domaine de la défense entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République libanaise
9- LOI n° 2011-9 du 3 janvier 2011 autorisant l'approbation de la convention de sécurité sociale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume du Maroc

----

4) La lecture de ce florilège dévoile le tour de passe-passe de Terra Nova :

a)- un très grand nombre de lois sont de très peu d’importance stratégique et quotidienne alors qu’une seule loi peut au contraire avoir une importance capitale.
Par exemple la loi de finances pour 2011 (n° 2010-1657 du 29 décembre 2010) est d’une très grande importance puisqu’elle fixe le budget de l’État pour 2011, en recettes (impôts) et en dépenses (allocation par ministères).
En revanche la loi n° 2011-1 du 3 janvier 2011 sur le droit relatif aux utilisations des cours d'eau internationaux à des fins autres que la navigation, ou la loi n° 2011-6 sur l'accord de gestion concertée des flux migratoires et de développement solidaire entre la France et la République du Cap-Vert sont des lois dont l’impact est très marginal sur la vie quotidienne des Français.

b) – même si chaque article de chaque loi ne dépend évidemment pas forcément de décisions européennes, il n’en demeure pas moins que les choix stratégiques ont, dans une écrasante majorité de cas, été décidés par l’Union européenne.

Par exemple la loi n° 2011-2 du 3 janvier 2011 sur l'échange de renseignements sur les titulaires du certificat d'immatriculation de véhicules entre la France et l’Allemagne découle de la libre circulation au sein de l’Espace Schengen et de la volonté d’aller de l’avant vers de véritables poursuites judiciaires européennes et la constitution à terme d’un parquet européen.

De même la loi n° 2011-3 sur l’accord franco-roumain relatif à l'assistance et à la coopération en matière de protection et de sécurité civiles dans les situations d'urgence, la loi sur l'échange de données entre la France et la République tchèque et la coopération en matière de cotisations et de lutte contre la fraude aux prestations de sécurité sociale découlent directement d’orientations générales européennes, même si leurs modalités ne sont pas fixées par Bruxelles.

Avec la loi n° 2011-5 du 3 janvier 2011 autorisant la ratification de l'accord de stabilisation et d'association entre l’Europe et la Bosnie-et-Herzégovine, les lecteurs seront ravis d’apprendre au passage que la prochaine adhésion de ce nouvel État dans l’Union européenne se précise, que cela plaise ou non au peuple français.

Quant à la loi de finances pour 2011, qui compte 136 pages, il va de soi que chacun de ses 211 articles n’est pas rédigé par les institutions européennes. Ce qui est essentiel, c'est que cet exercice dépend d’orientations stratégiques – relatives notamment au respect des critères de Maastricht – qui plombent l’édifice. Comme chacun le sait dans l’administration, la plupart des ministères n’ont désormais plus aucune autre orientation que celle de fermer des services et ne pas remplacer tous les fonctionnaires partants.
Comment ce vol de souveraineté se traduit-il dans les statistiques de Terra Nova ? Mystère, mais il est vraisemblable que cette agence de désinformation doit faire semblant de considérer chaque article comme émanant d'un Etat parfaitement souverain.

CONCLUSION : La métaphore du prisonnier
----------------------------------------------------

...En produisant une statistique sujette à mille interprétations subjectives différentes, et en mélangeant sciemment les décisions stratégiques – qui ont été retirées aux Français pour l’essentiel – avec des décisions anecdotiques qui ne sont que des modalités d’application des choix stratégiques, l’ultra- européiste Terra Nova procède à une désinformation d’une grande perversité.

Terra Nova ose dire que seuls 10% de notre législation serait inspirée par l’Europe ? Pour bien comprendre comment cette officine sort ce pourcentage, il suffit de songer à la métaphore d'un prisonnier enfermé dans sa cellule.

Chaque jour :

1. il peut se lever avec un radio réveil ou attendre la sonnerie générale de la prison

2. il peut se raser avec un rasoir mécanique ou avec un rasoir électrique

3. il a le choix de sa marque de dentifrice

4. il peut décider de porter un jour un T-shirt avec un bermuda et le lendemain une chemise avec un jean

5. il peut prendre son café avec du lait ou sans lait, et il peut même boire du thé à la place

6. il peut lire des romans policiers ou écouter la radio

7. il peut écrire une lettre ou ne pas le faire

8. il peut mettre des chaussures de ville ou des converses pour descendre faire sa promenade quotidienne dans la cour de l’établissement pénitentiaire

9. il peut plaisanter ou se plaindre lorsqu’il voit un membre de sa famille pendant ¼ heure au parloir

10. MAIS il n’a pas le doit de sortir de la prison et d’aller mener sa vie ailleurs.

Pour Terra Nova, ce prisonnier est un être parfaitement libre et souverain puisqu’il est libre de 90% de ses décisions, seule la dernière des décisions – soit 10% - étant prise par d’autres….

----

Pour ce qui me concerne, je crois inutile de se battre sur des pourcentages, de toute façon incalculables car subjectifs.
Cela fait d'ailleurs déjà au moins un an que, dans les dernières versions de ma conférence sur "Qui gouverne la France ?", je n’évoque plus ce pourcentage de « 80% », inventé par Jacques Delors et qui, à la réflexion est trop flou et ambigu pour que l’on s’en satisfasse.

Désormais, je dis simplement que « L’essentiel de nos lois et règlements, dans leurs aspects stratégiques, sont des simples transpositions des directives européennes ».

Cela suffit pour appeler tous les Français à sortir de cette prison des peuples qu’est l’Union européenne.

Cordialement

François ASSELINEAU

le site de l'UPR
la page facebook de l'UPR

04/01/2011

L'UPR, seul parti politique à proposer de sortir de l'Union européenne

logo transitoire.jpg



Alors que beaucoup de partis politiques jouent les opportunistes en surfant sur la vague anti-européenne et fustigent à tout va l'euro, seule l'Union Populaire Républicaine a, depuis 2007, dit et écrit que l'Euro n'était pas viable. La crise actuelle et les faillites Étatiques le démontrent un peu plus chaque jour.

Nicolas Dupont-Aignan peut déchirer un billet de 10 euros, Monsieur Mélanchon peut hurler contre l'euro, Mme Le Pen peut taper sur l'Europe, il ne s'agit en fait que de manoeuvres politiciennes et électoralistes pour rallier les mécontents de l'Union européenne.

L'UPR fait le choix d'explication et d'analyses profondes de la situation qui lui permettent de conclure que la France doit sortir de l'Union européenne. Il s'agit plus d'une véritable démonstration, riche d'enseignements et très pédagogique que de slogans à l'emporte pièce bien évidemment très médiatisés...

Le journal La Croix a récemment mis exergue l'UPR en soulignant qu'il était le seul parti à demander le retrait de la France de l'Union européenne. Preuve qu'il existe bel et bien une différence.
article journal La Croix.pdf

Je vous transmets certaines informations utiles pour vous permettre le cas échéant de faire plus ample connaissance avec le mouvement :

La bio de François ASSELINEAU, le Président fondateur :

François Asselineau 53 ans, HEC, vice major de-l’ENA, Inspecteur général des finances, a été membre de cabinets ministériels (notamment auprès de Gérard Longuet, ministre de l’Industrie et du Commerce extérieur, et d’Hervé de Charette, ministre des affaires étrangères). Il a également été directeur de cabinet de Charles Pasqua au Conseil général des Hauts de Seine de 2000 à 2004, puis Délégué général à l’intelligence économique à Bercy de 2004 à 2006. Rompant avec les honneurs et les allées du pouvoir, il a créé l’Union Populaire Républicaine (UPR) en mars 2007, pour convier tous les Français, de droite, de gauche et du centre à se rassembler afin de faire sortir au plus vite la France de l’Union européenne.

La Charte du mouvement

http://u-p-r.fr/wp-content/uploads/2010/10/charte_fondatr...

Le site Internet :
http://www.u-p-r.fr

La page facebook :

http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau

Les articles sur Agoravox :
http://www.agoravox.fr/auteur/francois-asselineau-64510

Un extrait vidéo :
http://www.youtube.com/watch?v=QT9nOLBqQKo&feature=player...

02/01/2011

France en solde pour fonds de pension

france en solde.jpg




Je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager un article du Monde daté du 30 décembre 2010 mettant en exergue les conséquences désastreuses de la politique européenne de dérèglementation des marchés à tout-va. Un travail de plus de 16 000 lobbies à Bruxelles qui porte leurs fruits...

Cette libéralisation orchestrée par la Commission européenne permet ainsi :
> d'offrir des marchés gigantesques aux multinationales,
> le rachat du patrimoine national par des fonds de pension ou des fonds souverains étrangers,
> d'alourdir la dette des pays membres de l'UE,
> de développer les délocalisations massives,
> et donc d'augmenter le taux de chômage,
> et d'appauvrir ainsi les population,

--------------------------------------------------------

"Les pays européens croulent sous les dettes et vont devoir, plus ou moins urgemment, trouver de l'argent frais. Une solution : vendre du patrimoine et notamment les infrastructures, au risque de se priver de recettes futures. Mais aussi, faire appel au financement privé pour les équipements, hôpitaux, prisons, écoles ou stades, dans le cadre de contrats de partenariat public-privé.

Deux analystes de la société d'investissement CM-CIC Securities ont estimé, dans une étude récente, qu'en 2011, les Etats européens devront trouver quelque 190 milliards d'euros de capitaux pour contenir leurs déficits publics. Ce qui a amorcé un mouvement de privatisations de grandes infrastructures. Même dans les pays peu malmenés par les marchés, comme le Danemark, où la vente de l'aéroport de Copenhague est envisagée.

La Belgique, la France et l'Italie ont ainsi annoncé, dans le cadre de leurs plans d'austérité, des cessions de patrimoines publics. En Belgique, sont concernés la Poste ou les chemins de fer SNCB, tandis que l'Italie pourrait se défaire de participations dans l'électricien Enel, le pétrolier ENI ou sa poste.

L'Etat français, lui, a déjà annoncé un appel d'offres pour le début de l'année 2011 concernant le rachat des 60 % qu'il détient dans les aéroports régionaux de Lyon, Bordeaux, Toulouse, Montpellier et Nice-Côte-d'Azur. Des infrastructures valorisées entre 100 et 300 millions d'euros chacun. La banque australienne Macquarie, déjà présente en France dans des autoroutes, le groupe de service aux collectivités Veolia et le géant du BTP Vinci seraient sur les rangs, tandis qu'Aéroports de Paris s'intéresserait à Lyon-Saint-Exupéry.

Enfin, il y a les pays aux abois : la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne. Le ministre grec des finances, Georges Papaconstantinou, a annoncé un vaste programme de privatisations de 7 milliards d'euros d'ici 2013, dont 1 milliard dès 2011. L'Etat grec, qui a déjà concédé le port du Pirée à un consortium chinois, envisage de mettre en concession plusieurs aéroports du pays, dont celui d'Héraklion en Crête, ainsi que 850 ports de plaisance et marinas répartis le long des côtes. Outre les 25 % encore détenus dans la compagnie aérienne Aer Lingus, l'Irlande souhaite vendre son réseau de distribution d'électricité Eirgrid, sa poste et une compagnie de bus.

Le Portugal, lui, compte lever 1,9 milliard d'euros en 2011 avec la cession d'une compagnie pétrolière et de la REN (électricité et gaz). Quant à l'Espagne, confrontée à un besoin urgent de liquidités, elle pourrait céder ses autoroutes, parmi les plus rentables d'Europe parce que récentes, et a déjà lancé la vente des aéroports de Madrid et Barcelone, deux actifs de choix car modernes et comportant des possibilités d'extension.

Le Royaume-Uni, lui, a déjà fait appel au privé et n'a plus grand-chose à proposer, sinon sa poste Royal Mail, la société de contrôle aérien Nats ou sa participation dans le tunnel sous la Manche...

FONDS DE PENSION

Qui peut acheter tout ça ? L'argent manque dans les caisses publiques, mais il y en a beaucoup dans celles des fonds de capital-investissement, des fonds de pension, des assureurs, ou des fonds souverains comme celui du Qatar. Mais aussi la puissante banque australienne Macquarie, qui gère des fonds de pension et est l'un des premiers propriétaires au monde d'infrastructures. "Ces équipements offrent des revenus prévisibles peu sensibles à la conjoncture et souvent indexés sur l'inflation, ce qui correspond bien aux besoins pour financer les retraites", explique Vincent Levita, président d'OFI InfraVia. Ce fonds de taille modeste (200 millions d'euros) a pris des participations dans une nouvelle autoroute en Pologne, dans quatre parcs éoliens en France ainsi qu'une part du consortium créé pour rénover et exploiter pendant trente-cinq ans le stade vélodrome de Marseille.

La société de gestion Méridiam a créé deux fonds : l'un de 1 milliard de dollars (761 millions d'euros) ciblant l'Amérique du Nord, ayant investi dans l'hôpital universitaire de Montréal et le tribunal de Long Beach en Californie ; l'autre, centré sur l'Europe, avec aussi 1 milliard d'euros, a démarré avec une participation dans la construction d'un nouveau Vélodrome pour la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines.

"Dit autrement, c'est une façon de capter l'argent des vieux pour financer les équipements des jeunes...", conclut Thierry Déau, le PDG de Méridiam."

Isabelle Rey-Lefebvre Article paru dans l'édition du 30.12.10

-----------------------------------------------

Le site de l'UPR

La page facebook de l'UPR

22/12/2010

Pourquoi l'Union européenne impose les OGM ?


GILLES ERIC SERALINI
envoyé par latelelibre. - L'actualité du moment en vidéo.


Le site de l'UPR

La page facebook de l'UPR

17:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

11/12/2010

Tract sur la sortie de l’Euro, mode d’emploi

Retour au FRANC.jpg



Alors que le désastre économique et financier de l’euro se précise, et que les événements s’accumulent pour prouver que l’UPR est, depuis 3 ans et demi, le SEUL mouvement politique lucide et responsable capable de sauver la France du péril extrême dans lequel elle s’enfonce, il nous semble nécessaire d’accélérer notre très sensible montée en puissance et notre visibilité sur le terrain.

Nous demandons en conséquence à tous nos adhérents et à tous nos sympathisants :

* - de prendre connaissance du tract ci-joint qui précise le programme de l’UPR pour sortir de l’euro,

* - de le diffuser au maximum à toutes leurs connaissances, familiales, amicales et aussi, si possible, professionnelles,

* - pour ceux qui en ont la possibilité matérielle, d’imprimer et de photocopier [à leurs frais, hélas....] ce tract en couleurs (de préférence) ou en noir et blanc et de le diffuser tout autour d’eux, notamment aux personnes âgées qui n’ont souvent pas accès à Internet. Même quelques dizaines de tracts photocopiés peuvent être très précieux pour diffuser notre programme sur l’euro,

* - de le diffuser sous toutes ses formes (papier et numérisé) et par tous les moyens à votre disposition (courriel, blog, réseaux sociaux, courriers, affichage, distribution, dépôt dans les lieux publics et privés,… ).

La situation de la France s’aggrave et nous sommes là pour prouver que les Français ne vont pas laisser tomber la France.


Tract intégral à télécharger : http://www.u-p-r.fr/tract-sur-la-sortie-de-leuro-mode-dem...

La page facebook de l'UPR