Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/06/2012

Destruction massive de l'environnement par la mondialisation

mondialisation, construction européenne, environnement



UNE NOUVELLE ESPÈCE ANIMALE A DISPARU HIER DE LA SURFACE DE LA TERRE : UNE VARIÉTÉ DE TORTUE GÉANTE DES GALAPAGOS.
QUELS ENSEIGNEMENTS DEVONS-NOUS EN TIRER ?

La tortue géante des Galapagos (au large de l'Équateur) de l'espèce Geochelone Abigdoni ne comptait plus qu'un seul spécimen vivant : un mâle d'une centaine d'années.

Les biologistes du parc national des Galapagos l'avaient surnommé "Georges" et avaient tout fait pour tenter de lui donner une progéniture malgré son âge vénérable.

Les chercheurs avaient pensé avoir trouvé la solution en repérant, dans une île volcanique voisine, des tortues femelles génétiquement proches. Mais, malgré des années de cohabitation, et malgré des essais d'insémination artificielle, toutes les tentatives de reproduction avaient échoué.

----------------------------------------------------
LA MORT DE GEORGES
----------------------------------------------------
Georges est mort dimanche. Il était l'unique survivant de cette espèce Geochelone Abigdoni, découvert il y a 30 ans sur l'une des îles de cette réserve naturelle isolée dans l'océan Pacifique.

Ces tortues géantes, dont le poids peut atteindre près d'une demi-tonne et mesurer plus de 1,80 mètre, étaient célèbres pour avoir inspiré la théorie de l'évolution des espèces du naturaliste britannique Charles Darwin. Selon les experts, ses principaux prédateurs n'étaient autres que les pirates occidentaux, qui écumaient la région durant les XVIIIe et XIXe siècles, et qui en avaient fait l'un de leurs mets de choix.

Les causes officielles de la mort de Georges, dont l'âge était estimé à plus de 100 ans - elles peuvent vivre jusqu'à 180 ans - demeurent pour l'instant inconnues.

Cette mort marque l'extinction définitive de son espèce sur l'archipel équatorien des Galapagos, dont elle était pourtant devenue l'un des symboles. Elle est désormais le symbole de la lutte vaine pour la reproduction de cet animal, après trois décennies d'efforts menés par des scientifiques.

Classées au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco depuis trois décennies, les îles Galapagos, situées à 1.000 kilomètres au large de l'Équateur, abritent encore entre 30.000 et 40.000 tortues, représentant une dizaine d'espèces. Mais celle de Georges est la 4ème espèce sur 10 à avoir définitivement disparu.

Cette mort de Georges marque aussi l'extinction totale d'une espèce de plus sur la planète.

Suite sur le blog de François Asselineau

Commentaires

la terre à 14 milliards....c'est le souhait....alors on verra....

Écrit par : charly | 27/06/2012

Les commentaires sont fermés.